Archives pour l'étiquette Hotels Tunisie

TUNISIE

Le paradoxe est que l’occident applaudit des deux mains quant à l’instauration progressive de la démocratie en Tunisie, et, en même temps, c’est ces mêmes occidentaux, adeptes du bien vivre touristique tunisien d’ antan, qui lui tournent le dos à un moment ou il fallait précisément venir en masse pour encourager ce secteur vital pour l’économie tunisienne.

Massine Tacir

 

Tunisie : sur 5,5 millions de touristes attendus en 2016, 75% échapperaient aux hôteliers

Les professionnels sont moins optimistes que la ministre du tourisme

Rédigé par Pierre CORONAS le Mardi 3 Mai 2016

La ministre tunisienne du tourisme, Selma Elloumi Rekik, a récemment annoncé que le pays compterait près de 5,5 millions de visiteurs étrangers en 2016. Mais les hôteliers de Tunisie font les comptes, eux aussi, et se montrent nettement moins optimistes.

Les hôteliers tunisiens sont moins optimistes que la ministre du tourisme - Photo : J.D.L. Les hôteliers tunisiens sont moins optimistes que la ministre du tourisme - Photo : J.D.L.

Les hôteliers tunisiens sont moins optimistes que la ministre du tourisme – Photo : J.D.L.
Advertisement

Va-t-on assister à la reprise du tourisme international en Tunisie pendant l’été 2016 ?

A en croire les récentes déclarations de Selma Elloumi Rekik, ministre tunisienne du Tourisme, cela devrait être le cas.

Dans un entretien accordé à Sky News Arabia, elle a déclaré attendre plus de 5 millions de visiteurs étrangers dans le pays en 2016.

Elle table sur une hausse de 2,6% de la fréquentation internationale et sur 5,359 millions de touristes étrangers en Tunisie en 2016.

Selon elle, la sécurité et les procédures déployées dans les hôtels et les principaux sites touristiques de Tunisie, devraient permettre de rassurer les marchés internationaux et faire reprendre la fréquentation internationale.

Ce que nous confirme, Moez Kacem, expert en tourisme tunisien, consultant pour FTC et délégué à l’AMFORTH : « Un grand travail est fait chaque jour au niveau sécuritaire et une progression remarquable est enregistrée en matière de lutte contre le terrorisme. »

Mais, malgré cela, contrairement à la ministre du tourisme, il considère que « la reprise du tourisme tunisien ne sera pas pour demain ».

Les attentats contre les touristes au musée du Bardo et sur la plage de Port-El Kantaoui en 2015 notamment, ont « laissé des séquelles considérablement graves sur la notoriété de la destination », analyse Moez Kacem.

Dans ce contexte, on peut considérer les prévisions de Selma Elloumi Rekik comme plutôt optimistes.

Les trois quarts des visiteurs étrangers ne vont pas à l’hôtel


Un optimisme que ne partagent pas les professionnels tunisiens de l’hôtellerie.

« Nous avons une vision de la situation touristique un peu différente de celle de notre ministre », réagit ainsi Anis Meghribi, directeur des ventes et du marketing pour Seabel Hotels Tunisia.

Pour les hôteliers du pays, même si la Tunisie parvient à accueillir 5,5 millions de touristes étrangers dès 2016, le secteur n’en profitera pas vraiment.

« Sur ces hypothétiques 5,5 millions d’étrangers, plus de 4 millions, soit environ les trois quarts échappent aux hôteliers« , estime Anis Meghirbi.

Pour appuyer son propos, il reprend les statistiques de fréquentation touristique de la Tunisie en 2014.

Cette année-là, parmi ses visiteurs étrangers, le pays comptait 1,3 million d’Algériens. Mais parmi eux, seuls 23% ont dormi à l’hôtel et pour une durée moyenne de séjour de seulement 0,8 nuit.

Toujours en 2014, la Tunisie a accueilli 1,7 million de touristes en provenance de Libye, autre pays limitrophe. Ils ne sont que 22% à avoir fréquenté les établissements hôteliers tunisiens avec une durée moyenne de séjour de 0,6 nuit.

Il faut ajouter à cela 1,15 million de Tunisiens installés à l’étranger. Une clientèle qui, par nature, fréquente très peu les hôtels.

« Il ne reste alors plus que 1,3 million de touristes étrangers, tous marchés confondus, à capter pour les hôteliers tunisiens », compte le directeur des ventes et du marketing de Seabel Hotels Tunisia.

Les sauveurs russes débarquent à Djerba

Les professionnels tunisiens du tourisme misent cette année sur le marché russe.

Près de 440 agents de voyages et représentants de tour-opérateurs (TO) russes sont venus visiter Djerba en début d’année.

Un éductour qui a conduit au lancement d’offres sur la destination par 3 gros TO russes. Les touristes russes viennent ainsi à Djerba depuis le 23 mars 2016.

Il y a toujours eu des Russes en Tunisie – environ 300 000 en 2013 et 400 000 sont attendus en 2016 – mais ils ne venaient historiquement pas à Djerba. Cette année, ils devraient être 3 000 à venir passer des vacances sur l’île chaque semaine.

« Les touristes russes vont nous aider à relever un peu la tête et à avoir des hôtels qui vont, en fin de compte, soit ouvrir plus tôt que prévu, soit carrément rouvrir cet été », se félicite Rafik Meghirbi, directeur des ventes de DTS Tunisia sur Tunisie Hebdo.

« Cela ne compense pas les pertes des marchés belge, français, allemand et italien. Mais c’est toujours mieux que rien », ajoute le directeur des ventes et du marketing de Seabel Tunisia.

Les Russes devraient aider les hôtels de Tunisie à améliorer leurs taux d’occupation (TO) en 2016. Le TO moyen n’était que de 27,9% en 2015 dans le pays. Et si l’on prend en compte les établissements fermés, il tombe même à 18%.

Le développement de la clientèle russe entre dans le cadre des chantiers prioritaires pour le tourisme tunisien, avec « la formation, l’enrichissement et la modernisation du produit touristique (…) et la mise en œuvre d’une stratégie claire et durable », comme l’explique Moez Kacem.

Restrictions de voyages paradoxales

Mais, pour tous les professionnels interrogés, la condition sine qua non à la véritable reprise du tourisme international en Tunisie est la levée des restrictions de voyages en Belgique et au Royaume-Uni.

« Ces deux pays ne déconseillent pas les séjours en Turquie où, pourtant, le risque terroriste semble actuellement plus élevé qu’en Tunisie. C’est paradoxal », s’étonne Anis Meghirbi.

De son côté, Moez Kacem parle d’une distorsion entre l’image de la Tunisie véhiculée par les médias français et européens et la réalité : « A mon avis, l’image du pays à l’étranger est bien différente du vécu et du ressenti quotidien des Tunisiens. »

Pour cet expert, la solution devrait venir des TO eux-mêmes. Il pense qu’ils « doivent créer, de leur côté, leurs propres réseaux d’information et de décision en matière de fréquentation de destinations, loin des décideurs politiques ».

« Si on veut vraiment aider la Tunisie et sa jeune démocratie, il ne faut surtout pas empêcher les touristes européens à venir », martèle, quant à lui, le directeur des ventes et du marketing de Seabel Hotels Tunisia.

Et, pour satisfaire les voyageurs qui viendront dès cet été, il est également indispensable de remettre à niveau l’hôtellerie tunisienne.

« Nous devons diminuer l’offre hôtelière dans le pays, pour augmenter les tarifs et offrir un véritable accueil digne de la Tunisie », conclut Anis Meghirbi.

Rassurer, attirer et fidéliser les visiteurs étrangers. Sur le papier, ce programme semble efficace.

Source : http://www.tourmag.com/Tunisie-sur-55-millions-de-touristes-attendus-en-2016-75-echapperaient-aux-hoteliers_a80335.html